En 1988, David Jones, simple étudiant dans une institut de Technologie, fonde avec l’aide de plusieurs collaborateurs DMA Design. Ce studio de jeux-vidéo, désormais affilié à Rockstar, réinventa le jeu de réflexion grâce à son troisième jeu développé, Lemmings. Intéressons-nous de plus près à ce qui deviendra, plus tard, une partie intégrante du panthéon vidéoludique.

lemmings1

1. David Jones et ses débuts

Au début des années 80, alors que le jeu vidéo d’arcade vit son âge d’or, de plus en plus de jeunes passionnés se découvrent une nouvelle passion. Alors que certains y voient uniquement un loisir et un moyen de se défouler, d’autres, plus courageux et plus ambitieux, y voient une perspective d’avenir.

C’est le cas de David Jones, jeune étudiant écossais, qui passe son temps dans la salle d’arcade située à deux pas de chez lui.

Admiratif devant les plus grandes licences japonaises, Jones est persuadé de pouvoir faire des jeux vidéo son métier. Jones participe alors à l’essor de la micro-informatique domestique qui consiste à réaliser des jeux vidéo chez soi, grâce à aux possibilités qu’offrent les premiers ordinateurs.

Il s’inscrit au club d’informatique du lycée Kingsway et avec l’aide d’un autre étudiant, Jones crée ses premiers jeux vidéo. Il envoie régulièrement à plusieurs éditeurs ses programmations.

Après plusieurs essais, le shoot’em up Menace est le premier projet de Jones à être reconnu par un éditeur. Psygnosis offre alors les fonds nécessaires à la réalisation dudit projet.

Premier shoot'em up de David Jones, Menace

Menace, le premier jeu de David Jones.

Par la suite en 1988, avec plusieurs de ses collaborateurs, David Jones crée DMA Design.

Jones a alors 22 ans. Il abandonne ses études, quitte la maison des ses parents, et s’installe dans un petit deux-pièces qui fait office de bureau, au-dessus d’une boutique pour bébés.

Après Menace, DMA design développe sa suite Blood Money, qui ne reçut, malheureusement, pas un franc succès.

En 1991, David Jones est sur le point de réaliser un gros coup. En effet, c’est avec son troisième jeu que la société DMA Design allait se faire un nom. Vous l’avez deviné, c’est bien Lemmings, l’un des plus célèbres jeux de réflexion, encore à l’heure actuelle.

2. Lemmings : le gros coup de DMA

A. Le concept.

Étonnamment David Jones va faire connaître sa société grâce à un type de jeux vidéo qui n’a pas particulièrement le vent en poupe en 1991. Les seuls jeux de réflexion qui avaient déjà connu un succès corrects à cette l’époque là étaient la série des Adventures of Lolo, Marble Madness et bien sûr Tetris. Autant dire que le choix d’un jeu de réflexion était osé.

Après des recherches, le cas d’un animal appelé lemming intrigue Jones. Selon une légende urbaine, les lemmings pratiquent parfois le suicide collectif. En réalité, la mort des lemmings résulte de simples bousculades qui entraînent leur chute à partir de falaises, ou dans des étangs, mais peu importe.

Inspiré par ces petit rongeurs suicidaires, Jones créé le Lemming, star de son jeu. Bien sûr, il redessine l’animal, lui pose une perruque verte, le rend bipède, et lui donne ainsi un aspect plus « mignon » (et plus vendable, surtout).

Ce que partagent le Lemmings de Jones avec leur homonyme animal est surtout leur habitude de se déplacer en groupe. Ainsi, les petites bêtes aux cheveux verts se déplacent inexorablement dans le décor 2D du début du niveau à sa fin, en tombant dans les précipices si le niveau en présente. Le but du joueur est simple : en sauver le plus possible. Comment faire ? En utilisant les différentes caractéristiques des Lemmings. En effet, certains Lemmings peuvent creuser, d’autres poser des bombes, ou encore escalader les obstacles. Le jeu exige alors au joueur une bonne dose d’ingéniosité, de timing et surtout de réflexion.

Le "Basher" est à l'action.

Le « Basher » est à l’action.

B. Un succès commercial mais surtout critique

Initialement prévu sur Amiga et PC, Lemmings fut développé sur un nombre très important de supports. En effet, peu sont les consoles à n’avoir accueilli aucune version du jeu de DMA. En tout plus d’un trentaine de supports sont concernés entre les consoles portables, de salon, et les ordinateurs.

Certains petits malins, ont même réussi à importer le jeu dans leur calculatrice (d’un coup c’est plus amusant les cours de maths !). Au total, plus de 15 millions d’exemplaires de la série se sont écoulés. Même de nos jours, il est possible d’acquérir Lemmings sur le PlayStation Store.

Le succès ne fut pas que commercial. Lemmings fut auréolé par les critiques.

Tout le monde ou presque s’accordait pour dire que Lemmings est LE jeu de réflexion. Même les plus grands développeurs adorait ce qu’avait fait David Jones. Pour preuve, même Hideo Kojima, créateur de la série Metal Gear (ai-je vraiment besoin de le préciser ?), avouera que Lemmings était l’un de ses jeux préférés.

 3. Et ensuite ?

25 ans. Quelques millions en poche. Tout allait comme il fallait pour David Jones après le succès de Lemmings. Mais, comme vous vous en doutez, DMA et Jones ne se sont pas arrêtés là.

La 5ème génération de consoles arrive à grands pas menée par la PlayStation. Cette dernière attire grandement Jones. Un autre jeu de réflexion fut alors développé par DMA, Hired Gun, et le jeu de course Uniracers, qui n’ont pas parvenu à réitérer le succès des petits rongeurs.

A l’aide d’un vieil ami de Jones, Mike Daily, David Jones et sa société donne naissance à la célèbre série Grand Theft Auto qui connaît encore aujourd’hui un succès considérable.

Depuis, DMA s’est lié à Rockstar. Le cinquième volet de GTA est sorti en septembre 2013, et a connu un succès énorme à travers le monde. David Jones, lui a quitté DMA Design après le deuxième épisode. Il a créé Real Time Worlds, pas spécialement reconnu, mais qui sortit tout de même le MMO All Points Bulletin, qui obtint un succès correct.

Au final, David Jones marqua l’histoire du jeu vidéo en développant le meilleur jeu de réflexion de l’histoire selon certains. Son parcours remarquable et atypique est à créditer. Et surtout, si vous n’avez toujours pas toucher à Lemmings, dépêchez-vous, il n’est jamais trop tard !