Depuis toujours, les casinos sont très présents dans les jeux vidéo.

Depuis les premières heures du jeu vidéo, nous avons eu droit à de nombreuses adaptations des jeux de hasard dans les jeux vidéo, et sur tous les supports, même si certains grands éditeurs (comme Nintendo) y sont au début allés timidement, sur chaque console, nous retrouvons ce type de jeux.

En effet dés 1977, Atari proposait parmi les neuf premiers titres de sa console le jeu Blackjack. Plus tard, en 1986, Mastertronic publiait sur Commodre 64 et sur Amstrad CPC le jeu Las Vegas Video Poker. Plus tard encore encore, Sega sortait en 1989 sur Master System le titre Casino Games, et Casino Fun Pak sur Game Gear, qui sera aussi publié sur Game Boy.

Atari proposait à la même époque époque Lynx Casino sur sa célèbre portable en couleur, la LYNX. Chez Nintendo, le seul jeu de ce type à être paru sur sa première console de salon (la NES) était Casino Kid, qui a d’ailleurs fait l’objet d’une suite, Casino Kid 2, témoin du succès du premier épisode. Et c’est sans parler des titres non officiels tels Peek a boo Poker ou Blackjack.

Sur notre chère Super Nintendo, nous retrouvons Super Ceasars palace, et Vegas Stakes Casino. On aura aussi eu droit au Game and Watch Blackjack.

Et aujourd’hui, ça continue ! Tous les ans, de nouveaux titres consacrés entièrement aux jeux de hasard paraissent sur tous les supports : Ultimate Casino sur PS2, Hard Rock Casino sur PSP, Golden Nugget Casino sur DS ou encore Sexy Poker sur WiiWare… Je ne vais pas tous les citer, parce qu’il y en a des centaines ! Mais cela soulève tout de même plusieurs questions.

Qui joue à ce type de jeu ?

C’est vrai, je me suis posé la question : Qui joue aux jeux de casino sur console ? Qui s’achète un jeu de Blackjack pour jouer chez lui ?

J’imagine qu’initialement, aux débuts de l’Histoire des jeux vidéo, les éditeurs réservaient ces titres aux parents. Les jeux de casino devaient être produits dans le but qu’en achetant un jeu à leur gosse, les parents se prendraient un bon petit jeu de poker ou de blackjack, « pour eux »…

Finalement, il semblerait que même les enfants y jouaient, car la part des parents qui passaient un peu de temps sur les consoles de leurs enfants étaient très marginale à l’époque. Pas comme aujourd’hui où plus de la moitié des joueurs ont entre 30 et 50 ans…

Mais alors si les enfants jouaient à des simulations de jeux pourtant interdits aux moins de 18 ans (et moins de 21 ans dans certains pays), ne peut-on pas imaginer que les casinos avaient un intérêt à initier les plus jeunes à leurs jeux d’argent, dans la perspective de les conditionner à rejoindre leurs établissements une fois leur majorité atteinte ?

Il est légitime de se demander, dans un monde où les cartels sont de coutume, où les lobbys pétroliers sont maîtres du monde et où la finance dépasse de loin le pouvoir politique, si des accords secrets n’ont pas été conclus entre casinos et jeux vidéo. C’est tout de même étonnant de voir qu’autant de titres dédiés aux jeux d’argent ont été publiés sur des consoles destinées en premier lieu aux enfants.

En effet, je repose la question : qui jouait à ces jeux à l’époque ? Un jeu coûtait 400 francs, et entre un Super Mario Bros et un Casino Kid (je prends ce titre comme exemple car il illustre tellement bien mon propos -« l’enfant casino »), le choix était vite fait…

D’un autre coté, vous me direz que dans de nombreux jeux vidéo, les mini-jeux de hasard jouaient un rôle. Dans Alex Kid sur Master System, on jouait à Pierre-Feuille-Ciseaux, dans Dragon Quest nous faisons toujours un passage par le casino, et même dés le premier Zelda sur Nes, il était possible de parier une partie de ses rubis…

Et aujourd’hui encore : dans Red Dead Redemption, on peut se poser à une table de poker. Sur ce terrain là, il nous faut noter que, si jouer au casino est interdit aux mineurs, il est aussi interdit de buter des gens au fusil à pompe ou de les écraser en voiture… Pourtant on ne compte plus le nombre de titres à la GTA ou à la Carmaggedon.

Mais cet article ne soutient aucune thèse, il soulève juste quelques questions dont voici la deuxième.

Que pensez-vous de l’idée que les Casinos et les sociétés d’édition de jeux vidéo aient pu conclure des partenariats dissimulés ?

Mieux : avec l’évolution du jeu vidéo telle que nous la connaissons (démocratisation, énorme public, mode on-line) il est possible d’imaginer que dans un avenir proche, les éditeurs proposeront des publicités pour certains casinos ou sites de jeux d’argent directement dans le jeu…

Mieux encore : il pourrait même être possible de jouer de l’argent réel directement dans le jeu vidéo.

Quelle est votre opinion sur ces différentes questions ?