J’ai passé ces derniers jours à me faire Final Fantasy I & II : Dawn of Souls (GBA) ; n’ayant jamais fait les Final Fantasy antérieurs au VII et les possédant pourtant tous, je me suis enfin attelé à la tâche : qu’est-ce qui fait que Final Fantasy est la saga qu’elle est aujourd’hui ? Les puristes me diront que pour le savoir je devrais plutôt me faire les versions d’origines que les remakes, mais comme je ne suis pas un puriste, je m’en fous !
Image

Pour le premier épisode, on a forcément affaire un du RPG ultra classique, avec un scénario lui aussi ultra classique (sauf la fin éventuellement), des personnages aux caractères pas ou peu développés mais l’intérêt n’est pourtant pas là (bizarre pour un Final Fantasy me direz-vous) ; le gameplay est simple mais efficace et on avance dans le jeu relativement vite mine de rien… Le gros hic reste le surnombre de combats ; il arrive en effet trop fréquemment de ne pas faire un pas (littéralement) et de devoir combattre foule d’ennemis ; alors autant pour le levelling c’est bien car il se fait naturellement dans le déroulement du jeu, autant quand on est vite à bon niveau au vu de la difficulté des ennemis on aimerait qu’il y ait moins de combats pour explorer davantage le coin, voire retourner le jeu de fond en comble. Un petit plus pour la fin qui, sans vouloir spoiler, m’a donné une (autre) explication au titre de la saga…

Image Image

Pour le second opus, pas mal de changements ! Déjà le scénario comme les personnages – sans casser des briques non plus – ont été davantage travaillés mais la révolution vient du levelling ; ici, notre expérience dépend de notre façon de jouer ; plus on se sert d’une arme ou d’une magie, plus on deviendra compétent dans son utilisation, ce qui est somme toute logique si on compare cette façon de gagner de l’expérience à la vie réelle… Le truc c’est que c’est très long (même problème relevé notamment en son temps dans Secret of Mana qui tue +/- le plaisir de jeu pour moi). Mais vu que cela fonctionne de la même manière pour gagner en HP, il vaut mieux bien se faire maraver pendant les combats pour gagner en résistance et en HP rapidement ! Du coup, le jeu en devient passablement difficile si on veut avancer assez rapidement… Personnellement, j’ai souffert surtout pendant le deuxième tiers du jeu et dans les derniers donjons.

Image
En conclusion, Final Fantasy I & II : Dawn of Souls sont 2 bonnes découvertes (et quelle durée de vie pour une seule cartouche GBA !) ; les ingrédients essentiels de la saga (et du RPG) sont présents : équipe d’aventuriers qui part sauver le monde, combats au tour par tour, vaste carte à explorer, etc. On sent bien que ce n’est là que le début d’un genre et que beaucoup de choses seront améliorées dans les épisodes suivants mais je conseille ces remakes sur Game Boy Advance à tout amateur de RPG qui se respecte. Les autres, passez votre chemin, la fréquence des combats et la difficulté ne pourront que vous rebuter…

Initialement posté sur le forum le 08/08/11