Sonic3-and-knuckles

Si vous demandez à quelqu’un qui a connu les Sonic sur Megadrive de vous citer son opus préféré, il y a des chances qu’il vous réponde Sonic 3 ou Sonic & Knuckles ; et fort logiquement, quand Sega proposa une fonction qui permet de combiner les deux jeux en un seul, le succès mondial ne se fit pas attendre. Voilà pourquoi encore aujourd’hui, Sonic 3 & Knuckles (ou S3&K) est considéré comme un des meilleurs jeux de plate-forme des années 1990. Mais en 2011, le jeu est-il toujours aussi bon et plaisant à jouer ? Est-il le point culminant des années dorées du hérisson bleu ? Réponse dans ce test.

FUUUUUUUUUUSION !

A la base, Sonic 3 & Knuckles ne devait former qu’un seul jeu ; mais par manque de temps, l’équipe de développement fut obligée à sortir Sonic 3 puis Sonic & Knuckles. Cela peut expliquer la durée de vie très courte de Sonic 3, qui ne compte en effet que six zones assez faciles.

A la sortie de Sonic & Knuckles, Sega mit au point un système baptisé « Lock-On » qui permettait de combiner la cartouche de S&K à celles des trois premiers Sonic. Si le Lock-On avec Sonic 1 et 2 n’apportait pas grand-chose, ce n’était pas le cas pour Sonic 3, puisque les deux jeux étaient combinés en un seul. Au programme : quatorze zones, quatorze émeraudes, la possibilité de jouer avec Sonic, Tails, et Knuckles ! Bref, tout était réuni pour un jeu au contenu exceptionnel.

Avec ce bouclier de feu, Knuckles devient plus puissant.

Robotnik, designer de robots depuis 1991

Que dire des graphismes ? Que ce soit Sonic 3 ou Sonic & Knuckles, les graphismes sont exceptionnels et poussent très loin cette chère Megadrive. La qualité de l’animation est incroyable ; aucun ralentissement n’est à déplorer malgré les décors très riches. Le design des ennemis est lui aussi très inspiré ; souvent adaptés d’animaux existants, ceux-ci sont vraiment uniques.

Attardons-nous également sur le level design, qui est tout simplement énorme. Chaque niveau possède une identité graphique très marquée, qui le rend immédiatement reconnaissable, avec une myriade de petits détails qui témoignent du soin apporté à la conception des décors. Que ce soit les sommets enneigés et les grottes mystérieuses d’Ice Cap, le sable brûlant et les pyramides de Sandopolis, ou encore l’architecture futuriste et truffée de pièges du Death Egg, les quatorze zones du jeu sauront vous laisser une forte impression.

Sonic retrouve Knuckles. Notez la fresque murale qui n’est pas là par hasard.

FLAME SHIELD ON !

La jouabilité est classique des Sonic en 2D de l’époque : Sonic court et saute à toute vitesse dans des niveaux truffés d’ennemis. On retrouve tous les éléments de gameplay qui ont fait le succès du jeu : les anneaux, les ressorts, les boucliers, les piquants… On retrouve également le Spin Dash, cette nouveauté apparue dans Sonic 2, qui permet à Sonic de tourner sur lui-même pour se propulser à toute vitesse.

Bien sûr, les Chaos Emeralds sont toujours au rendez-vous, mais elles s’acquièrent différemment : s’il fallait auparavant arriver à un point de sauvegarde avec au moins 50 anneaux, il faudra maintenant dénicher des anneaux géants dissimulés dans les niveaux, qui vous conduiront aux Special Stages. Une fois les sept Emeralds de Sonic 3 obtenues, il est possible de se lancer, dans les niveaux de Sonic & Knuckles, à la chasse aux Super Emeralds : si vous parvenez à obtenir ces sept gemmes supplémentaires, au terme de Special Stages particulièrement ardus, vous aurez la chance d’incarner Hyper Sonic et d’accéder à la véritable fin du jeu, l’ultime affrontement contre Robotnik dans la Doomsday Zone.

Une autre nouveauté, héritée de Sonic & Knuckles, est l’apparition de nouveaux boucliers. On connaissait tous les boucliers qui protégeaient Sonic des ennemis ; dorénavant, ceux-ci ont une nouvelle fonction en plus de leur rôle protecteur. Les boucliers électriques attirent les anneaux à vous et vous permettent un double saut, les boucliers de feu vous permettent de marcher dans la lave sans heurts et de vous propulser contre les ennemis telle une boule de feu ; enfin, les bulles vous permettent de respirer sous l’eau et de rebondir sur les ennemis pour vous propulser en hauteur. Ces ajouts sympathiques renouvellent le gameplay de façon originale, notamment lors des combats contre les boss.

Parlons-en, des boss. A la fin de chaque premier acte, vous combattez un demi-boss, avant d’affronter le réel boss de la zone dans le second acte. Plus inspirés que jamais, ceux-ci disposent d’un point faible bien précis qui peut se révéler difficile à atteindre, et vous donneront probablement du fil à retordre.

Aventures aquatiques dans la zone d’Hydrocity.

Hyper vitesse ! Ah non, je me trompe de licence.

La durée de vie, comme tous les jeux Sonic sortis sur Megadrive, est relativement courte ; il vous faudra à peine deux à trois heures pour terminer la treizième zone du jeu. Cependant, si vous décidez de vous lancer dans la quête des Chaos et Super Emeralds et obtenir ainsi la vraie fin du jeu, vous pouvez facilement doubler voire tripler cette durée de vie, les anneaux géants étant bien cachés et les Special Stages étant souvent de véritables parcours du combattant.

Cependant, Sonic 3 & Knuckles est un jeu tellement riche et agréable à jouer qu’il est fort probable que vous y reveniez à intervalles réguliers, que ce soit pour vous perdre dans les méandres de Carnival Night ou dévaler à toute vitesse les pentes enneigées d’Ice Cap.

Robotnik parviendra-t-il à s’emparer des Super Emeralds ?

Le roi de la vitesse et le roi de la pop…

Pour ce qui est de la bande-son, elle est excellente. La Megadrive a toujours été reconnue pour la qualité de ses musiques, mais on sent que ce jeu dépasse tout ce qui a pu être atteint sur la machine. La légende veut que Michael Jackson lui-même ait participé à la création des musiques de Sonic 3, et on comprend cette interrogation lorsque l’on constate son inspiration dans certaines zones telles Marble Garden ou Launch Base.

Quant à la musique de Sonic & Knuckles, elle est elle aussi un régal. Chaque thème capture parfaitement l’ambiance visuelle de la zone, et implique pleinement le joueur dans l’action. Mention spéciale au thème de l’ultime zone, baptisée Doomsday Zone, un morceau endiablé et angoissant qui convient parfaitement pour le duel spatial contre Robotnik.

L’ultime affrontement entre Hyper Sonic et le plus puissant vaisseau de Robotnik.

L’arrivée de Bob Marley

Côté scénario, on reste sur quelque chose d’extrêmement léger. Il convient toutefois de noter l’apparition d’un des personnages emblématiques de la saga, Knuckles. Hormis cela, Robotnik veut toujours conquérir le monde à l’aide de ses robots et reconstruire son increvable Death Egg. Rien de bien nouveau de ce côté-ci.

C’est l’heure de rendre les copies !

Graphismes : La Megadrive est poussée très loin ; avec des couleurs chatoyantes, des sprites énormes, un level design inspiré, et une animation fluide, S3&K se révèle encore aujourd’hui une prouesse graphique.

Jouabilité : Excellente. Oubliés les pièges vicieux et le Sonic glissant des premiers jeux, place à un gameplay nerveux et parfaitement huilé, qui gagne en profondeur avec la possibilité d’incarner Sonic, Tails ou Knuckles et l’apparition des multiples boucliers. Encore aujourd’hui, une référence en termes de plate-forme 2D.

Durée de vie : Si traverser les treize zones du jeu ne devrait guère vous prendre plus de deux à trois heures, vous pouvez doubler cette durée de vie si vous souhaitez récupérer toutes les Chaos Emeralds et Super Emeralds afin d’accéder à la vraie fin du jeu. Le jeu reste cependant suffisamment plaisant et rythmé pour qu’on se surprenne à y revenir, et la présence d’un mode deux joueurs vient prolonger l’expérience un peu plus.

Bande-son : Les thèmes de Sonic 3 & Knuckles sont devenus cultes pour de nombreux fans, et on comprend pourquoi. L’influence de Michael Jackson se fait clairement sentir dans l’OST de Sonic 3, tandis que celle de Sonic & Knuckles se veut plus survoltée, mais tout aussi inoubliable. Une des meilleures performances de la Megadrive.

Scénario : Hormis l’apparition de Knuckles, personnage emblématique de la série Sonic, le script reste extrêmement basique et dans la continuité des anciens opus, se résumant à une course-poursuite avec Robotnik, qui veut une fois de plus conquérir la planète. 

Conclusion : Encore aujourd’hui, S3&K reste l’opus favori de nombreux joueurs, et on les comprend. Avec de superbes graphismes, une bande-son soignée, un challenge permanent et un gameplay d’exception, le jeu reste un monument de la plate-forme 2D, à essayer si ce n’est pas déjà fait.

//