super-spike-v-ball-nes

Quel autre mot est plus approprié pour décrire ce jeu de NES que KABOOM ? Aucun.

Contrôlant un duo cloné de Fonzy des plages (choix entre 4 bodybuilders à lunettes noires dont les niveaux d’attaque et de défense varient), il est l’heure d’imprimer sa marque dans le championnat du monde de beach volley mais surtout d’imprimer la marque du ballon sur la tronche de ses adversaires.

Un pianotage frénétique au moment du smash et c’est un personnage de dbz qui finit au filet, ki à la main, sa frappe n’a d’autre but qu’exploser le receveur adverse dans un KABOOM monumental, littéralement retranscrit de toutes les forces des 8bits de graphisme qui se déchaînent. Un véritable défouloir (pour ceux qui ont pas été assez niais pour opter pour les clones spécialisés dans le bloc et qui vont sacrément se faire chier tout au long du championnat.) dont la simplicité et la maniabilité en font un véritable must sur NES.

Jouable à 4 simultanément, très rapidement, les excuses telles que la manette qui marche moins bien que celle de l’adversaire ou la machine qui a pas fait ce qu’on lui avait demandé vont fuser et le kaboom pour peu qu’on charrie suffisamment finit souvent entre les joueurs tant ce jeu est prenant.