Chéri, range ton bordel !

Depuis longtemps je songeais à avoir un meuble unique avec toutes mes consoles et la télé, histoire d’avoir la paix de jouer dans de bonnes conditions. Sauf que les meubles télé modernes sont prévus pour des LCD, et sont donc souvent trop étroits et pas assez costauds (ma trinitron pèse 47kg, soit près de trois écrans modernes). Donc, deux solutions, trouver un meuble d’occase, ce qui reste aléatoire quant à son état, ou en fabriquer un moi-même, solution retenue après avoir longuement réfléchi à ce que je voulais.

 

Mode Numérobis activé.

Le meuble doit donc pouvoir accueillir une douzaine de consoles, la télé, les jeux, et il faut que le tout soit branché en permanence pour ne pas avoir à plonger derrière la télé. Par conséquent, rallonge et/ou multiprise Péritel, et grosse multiprise électrique sont de mise.

Je suis parti sur un meuble bas de deux mètres de large, en 2 lignes x 4 casiers, les 4 centraux contenant chacun une console, les casiers extérieurs, plus grands, en contenant deux.

Dans chacun des 8 casiers du meuble, il y a une console (deux dans les casiers extérieurs, plus grands). Soit 12 prises à alimenter, réparties dans les casiers.

Sur ce meuble bas, viennent deux ludothèques aux étagères en bois réglables, et la télé au milieu, avec des étagères de verre. Enfin, au-dessus des ludothèques, un meuble de 4 casiers qui contient des caisses en plastique pour ranger les accessoires de chaque console nécessaires au multi entre potes ou à certains jeux: multitap, manettes supplémentaires, pistolets, etc. Au total, on atteint 2m46 de haut !

Un premier jet sous Paint...

Un premier jet sous Paint…

 

Papa, tu me prêtes (encore) ton atelier ?

Encore un peu de réflexion pour les derniers détails, et on se lance dans le grand bain avec l’achat du bois et des prises électriques.

 

Tiens, si on dévalisait le Lerin Merloy du coin...

Tiens, si on dévalisait le Lerin Merloy du coin…

On commence l’assemblage, du pin collé-cloué ça tiendra quelques années !

Meuble bas

Meuble bas…

On remarque que pour gagner un peu d’espace et supprimer l’impression de meuble trop gargantuesque, les côtés sont en biais. 60cm de profondeur au niveau de la TV, mais 30 sur les côtés.

Banana for scale.

Banana for scale.

Ensuite, on attaque la peinture, le meuble sera tout de noir vêtu, et l’intérieur des casiers sera orange pour mettre en valeur leur contenu (et parce que j’aime le orange, best colour ever).

WP_20140908_006

 

Le fil rouge sur le bouton rouge…

Pour l’alimentation électrique, on a dans chaque casier central une prise, et deux dans les casiers latéraux. Ces prises sont reliées à deux « hub » électriques faits maison, à partir d’une simple plaque d’essai et de borniers, trouvés sur ebay à bas coût.

 Fabriqué deux fois, donc, puisque un par côté.

Fabriqué deux fois, donc, puisque un par côté.

Sur une rangée, la phase, sur l’autre, le neutre. Entre le mur et cette « multiprise » géante, un interrupteur général, et un autre interrupteur entre le hub et chaque prise (sauf la TV alimentée en direct depuis le hub de gauche). Le second hub est relié au premier par un câble. Ainsi, quand on bascule l’interrupteur général, le courant alimente les deux hubs, et allume la TV. Puis, on bascule l’interrupteur de la console à laquelle on veut jouer, rien de plus simple.

L’ensemble, une fois camouflé derrière un petit panneau, ressemble à ceci:

En bas, les interrupteurs de la partie gauche du meuble. Au-dessus, une des multiprises péritel.

En bas, les interrupteurs de la partie gauche du meuble. Au-dessus, une des multiprises péritel.

De gauche à droite, on a l’interrupteur général, celui des lampes des deux ludothèques, puis les consoles 1 à 5. Pour savoir quel interrupteur alimente quoi, rien de plus simple: les casiers sont numérotés.

WP_20140918_001

Des finitions qui changent tout

L’étape suivante consiste à rajouter des portes, chinées en brocante pour une bouchée de pain (le hasard fait que ce sont des partenaires de mon asso qui les vendaient). Et pas n’importe quelles portes, non:

WP_20140914_003 - Copie

J’ai enlevé les pièces qui restaient, nettoyé le tout, et fabriqué un cadre en bois autour. Il ne restait plus qu’à rapatrier les quatre morceaux du meuble chez moi (le meuble haut, les ludothèques, et à 5 pour réussir à monter le meuble bas au premier étage par la fenêtre !), réaliser les branchements, installer les portes, et remplir…

Après deux semaines de travail on arrive donc à ça:

DSCN1801DSCN1802

Si vous savez compter, vous remarquerez qu’en fait on a 12 prises mais 10 consoles… Il faut deux prises pour la mégadrive+mégaCD, et il reste une prise vacante près de la Ps2 pour d’éventuelles consoles « guest » qui seraient de passage.

Porte droite fermée...

Porte droite fermée…

... et ouverte.

… et ouverte.

Porte gauche fermée...

Porte gauche fermée…

 ouverte...

ouverte…

... et avec l'éclairage !

… et avec l’éclairage !

 

Le rangement pour les manettes du joueur 1

Le rangement pour les manettes du joueur 1

 

Et maintenant, la douloureuse…

Un récapitulatif à la va-vite du coût des divers éléments,  pour, peut-être, motiver certains joueurs qui voudraient se lancer:

  • Bois: 180€
  • prises électriques: 12€
  • bobine de câble 2×1.5mm²: 35€
  • peinture: 25€
  • plateaux de flipper: 40€
  • encadrement:15€
  • boutons:15€
  • boîtes de rangements diverses: 15€
  • feutre noir: 15€
  • plaque à souder: 5€
  • borniers: 5€
  • répartiteurs Péritel: 32€
  • charnières invisibles: 20€
  • Deux semaines de travail, 5 heures par jour

 

Total: 438€

Tout le reste c’est de la récupération. Certes ça fait une somme, mais n’importe quel meuble du commerce pour le même tarif sera de moins bonne qualité, pas adapté, et surtout, beaucoup moins sympa !